Plan

  1. Titres
  2. Mentions sur l’ordonnance
  3. Lieu et mode d’exercice.
  4. Indépendance du chirurgien.
  5. Votre suivi.
  6. Confiance. Information
  7. Expérience. Excellence.
  8. Disponibilité.
  9. Notoriété.
  10. Consentement.
  11. Devis.

Vous souhaitez bénéficier d’une chirurgie des yeux, ce choix est déterminant pour la qualité de votre vue pour toute votre vie. Comment choisir le chirurgien qui vous convient ? Voici quelques conseils pour décrypter son CV,  l’entête de ses ordonnances, son mode d’exercice.

Titres

Les titres sont souvent, mais pas toujours, synonymes de compétence chirurgicale.  Ils sont nécessaires et témoignent d’une formation post-universitaire de grande qualité.

Interne des hôpitaux de Paris.

Ce titre est le plus difficile à obtenir actuellement en médecine. Il est obtenu après un concours totalement anonyme, très sélectif (1 élu sur 12).

L’internat dure 4 à 6 ans. Pendant cette période, l’interne apprend à opérer au contact de ses Maîtres et des assistants des services. La durée des stages est de 6 mois. Le choix des services par l’interne permet de s’orienter vers des spécificités de l’ophtalmologie : chirurgie réfractive, cataracte, rétine, strabisme…

Il existe plusieurs internats en médecine. Les plus côtés étant les internats de villes importantes, universitaires. Paris, Marseille, Lyon, Nice, Nantes. Les internats de région sont les internats de villes périphériques, hors CHU.

Le prestigieux Internat des Hôpitaux de Paris a disparu. L’Internat est maintenant dit « qualifiant ». Le classement permet de choisir la spécialité et la ville de formation. 

Chef de Clinique – assistant (CCA)

Ce titre signifie que, après l’internat, le Chef de Service d’ophtalmologie a choisi l’interne pour poursuivre sa carrière hospitalo-universitaire et le nomme. Environ un interne sur quatre devient Chef de Clinique.
Le « Clinicat » dure 4 ans dans le même Service, pendant lequel le CCA opère de très nombreux patients s’il est dans un Service de chirurgie oculaire. Il enseigne, et participe à des travaux de recherche. Ce titre est retrouvé, le plus souvent, chez les meilleurs chirurgiens.

Chefferie de Service- Ophtalmologiste des Hôpitaux de Paris – Professeur

La nomination  se fait par concours ouvert, sur titres et travaux.
Le Chef de Service a la responsabilité du Service et dirige des assistants. Dans les grandes villes, il oriente la spécificité du Service.
Il consulte et opère seulement à l’hôpital, sauf cas très particulier.

 ↑ Haut de la page

Mentions sur l’ordonnance

Les titres étrangers n’ont aucune valeur en France, ne sont pas vérifiables  et ne doivent pas être mentionnés.

Tout ophtalmologiste peut ajouter les mentions : Chirurgie réfractive, Chirurgie de la Myopie- Chirurgie de la cataracte- Chirurgie oculaire.
Il n’existe pas d’épreuve pratique de chirurgie oculaire dans les études d’ophtalmologie, ni d’examen certifiant les compétences chirurgicales de l’ophtalmologiste. Tout ophtalmologiste peut donc opérer…

L’appartenance d’un médecin à des sociétés dites « savantes » signifie qu’il paye sa cotisation pour y appartenir !!! Ce n’est pas un gage de compétence. Ses fonctions au sein de la Société montre qu’il dispose de temps pour s’y consacrer !!
Les diplômes universitaires son attribués à ceux qui ont suivi les cours, et auront ainsi des notions théoriques et livresques, mais ne prouve rien quant aux compétences chirurgicales.
Seul le Diplômes Universitaires de Techniques Microchirurgicales de l’Assistance Publique était sanctionné par un examen pratique très sélectif.

Lieu et mode d’exercice.

Les qualités chirurgicales du chirurgien sont fondamentales, mais son environnement l’est également. L’équipe chirurgicale : anesthésiste, panseuse, infirmières, joue un rôle déterminant dans la qualité des soins, accueil, mise en confiance, ambiance… Vous devez vous assurer que la personne que vous avez vue en consultation est bien l’ophtalmologiste qui va vous opérer, et qu’il sera votre chirurgien. La multiplication des médecins ou orthoptiste qui vous examinent dans certains centres ou hôpitaux multiplie les risques d’erreurs et dilue la responsabilité. Votre chirurgien doit vous examiner lui-même et porte la responsabilité de tous les actes et décisions chirurgicale. Vous devez donc le connaître, vous entretenir avec lui avant une opération. Il en va de même pour l’anesthésiste.
La technologie est aussi un point actuellement fondamental. Seuls les centres très spécialisés ayant une activité très importante peuvent régulièrement renouveler leur plateau technique avec les lasers les plus sophistiqués par exemple. Opérer dans plusieurs Centres ou Cliniques permet au chirurgien de choisir le meilleur Centre en fonction de la pathologie. Les Centres sont actuellement de plus en plus spécialisés. La liberté du chirurgien de pouvoir choisir la Clinique dans laquelle il opère en fonction de l’équipement est une garantie pour le patient.  Un médecin salarié hospitalier n’a pas ce choix.
Aucun Centre ni Hôpital, si grand soit-il, ne dispose actuellement de tous les appareils ultra modernes pour toutes les chirurgies oculaires.
La Clinique de la Muette a une des plus grosses activités chirurgicales dans le domaine de la cataracte, et la Clinique Lamartine dans le domaine de la chirurgie réfractive en France. L’équipement est renouvelé tous les ans, avec les lasers de dernière génération. 

Indépendance du chirurgien.

Votre chirurgien ne doit pas avoir d’intérêt financier à exercer dans une clinique plutôt que dans une autre. S’il est salarié ou propriétaire d’un Centre et vous y examine, il ne peut vous opérer ailleurs, et n’a donc pas le choix du lieu d’exercice.
Il doit être totalement indépendant financièrement des firmes pharmaceutiques pour éviter tout conflit d’intérêt dans le choix d’un implant par exemple. Il doit être indépendant du médecin, opticien ou pharmacien qui vous a adressé à lui. Ses décisions médicales doivent être prises selon deux critères essentiels: la sécurité et la qualité du résultat, et non en fonction de rentabilité ou de coût.

 ↑ Haut de la page

Votre suivi.

Votre chirurgien doit pouvoir vous suivre après l’intervention, et ne pas vous adresser à un assistant ou confrère. Si vous êtes adressé(e) par votre ophtalmologiste, votre chirurgien doit vous recevoir en cas de problème.

Confiance. Information

Elle est indispensable. Pour cela, vous devez prendre le temps de lui parler et lui poser les questions que vous souhaitez. Il doit comprendre vos motivations, votre attente, vos craintes, connaître vos activités pour être le meilleur conseiller en ophtalmologie. Il doit préciser les résultats que vous êtes en droit d’attendre, les risques et les effets secondaires.

Expérience. Excellence.

Elles s’acquièrent au fil des ans. Il faut préférer un opérateur qui a 25 ans d’expérience, à un interne qui vient de s’installer. Il ne doit pas pratiquer un seule type d’opération, notamment en chirurgie réfractive, mais savoir toutes les pratiquer pour choisir la mieux adaptée à votre cas (lasik, implant, laser femto seconde, traitement « customisé », anneaux, implants de tout type). Il doit avoir plusieurs milliers d’opérations à son actif. Il doit savoir pratiquer l’opération de cataracte si vous en aviez besoin un jour, une de greffe de cornée…

Disponibilité.

Le chirurgien doit être joignable à tout moment pour répondre à vos questions ou inquiétudes après l’intervention. Le téléphone portable doit le lui permettre, même les jours fériés.

Notoriété.

La notoriété est souhaitable mais à double tranchant. Le chirurgien qui court de congrès en congrès pour sa notoriété et son plaisir sera moins disponible quand vous en aurez besoin. La médecine n’est pas le show-business !!! Un passage fréquent à la télévision, à moins d’une découverte exceptionnelle digne du prix Nobel, ou une publicité dans les journaux doit vous alerter.
Votre chirurgien doit être reconnu dans son domaine, avoir opéré des médecins de son entourage, gage de son sérieux.

Consentement.

Après avoir reçu les informations oralement et également par écrit ou sur un site internet, vous serez améné(e) à signer un consentement éclairé, qui atteste que vous avez reçu toutes les informations nécessaires pour prendre votre décision, que vous avez eu un temps de réflexion suffisant.
Il ne s’agit en aucun cas d’un transfert de responsabilité du chirurgien au patient, ni d’une « décharge ».

Devis.

Un devis précis vous sera remis. Vous signerez un double conservé par votre chirurgien.

 ↑ Haut de la page